Biographie

10154054_828823173809348_4401182251598869569_n

Un chanteur à la verve d’acier et à l’humour corrosif

D’abord formé à la guitare classique à l’Atelier Musical (Paris XVIIème) d’où il sort avec un premier prix en 2009, il se déforme rapidement au contact du groupe « The Platoons », avec lequel il donne ses premiers concerts, dans un répertoire allant du Blues au Free Jazz.
Une fois son groupe éclaté entre Marseille et le Japon, Captain Simard se met à écrire seul, en français, des textes teintés d’humour et de surréalisme impertinent. Il présente en solo pour la première fois ses textes mis en musique au festival Les Prémonitoires à la Grande Halle de la Villette le 17 mars 2012. 

Prem
  Les Prémonitoires, Grande Halle de la Villette, 17 mars 2012.

A partir de 2014, il s’allie au multi-instrumentiste Louis Fredon (guitare, claviers, mélodica), et tout en développant sur scène un jeu expressif et quasi-théâtral, il oriente de plus en plus ses textes vers des thèmes ayant trait à l’actualité sociale et politique, notamment avec La Gueule Ouverte, en référence aux attentats de Charlie Hebdo.

canal
Scène du Canal (Paris), février 2015.

Bien qu’apolitique et se défendant d’être un chanteur engagé, Captain Simard n’hésite alors pas à faire entendre sa voix et à mettre ses chansons au service de causes qui lui tiennent à cœur, comme lors du meeting contre l’état d’urgence  qui se tient le 10 mars 2016 à l’université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, qu’il clôture en interprétant sa chanson-fleuve Vive la France! C’est l’état d’urgence!

12832534_1222573591100969_4827273861117432687_n
Université Paris VIII Saint-Denis, mars 2016.

En mai 2017 sort La Gueule Ouverte, premier album autoproduit grâce à une campagne de crowdfunding achevée en janvier, et qui comporte 10 titres aux arrangements réalisés avec – entre autres – Louis Fredon, ainsi que son nouveau compagnon de jeu, Pierro Catton.

Avec ce dernier, Captain Simard commence à s’orienter vers une formule plus rock, dynamisant les arrangements de ses anciennes chansons et en proposant de nouvelles, éprouvées sur scène notamment lors de concerts réguliers au cabaret parisien le Connétable.

Captain Simard Pierro Catton Connétable
Le Connétable (Paris), novembre 2017.

Après avoir tourné le répertoire de La Gueule Ouverte pendant plus d’un an, Captain Simard annonce la fin de ce spectacle pour début juillet 2019.

Cette période marque alors le début d’une collaboration avec le percussioniste Paul Prévot, qui accompagnera le duo lors de concerts à Paris et en province, de l’été à l’hiver 2019. Cette collaboration donnera lieu à un deuxième opus, C’est pour le Pognon, marqué par un contenu social incisif et par l’omniprésence des percussions.

Une fois de plus, les chansons du Captain trouveront leur écho dans les mouvements de grève de l’hiver 2019/2020 contre la réforme des retraites et il n’hésitera pas à les porter sur scène lors de différents concerts et soirées de soutien, refusant néanmoins d’être associé à un quelconque parti ou organisation.

Soirée de soutien aux grévistes, Théâtre Antoine Vitez (94) – 18 janvier 2020.

La Plaza de mi pueblo.

La crise du COVID-19 survenue en mars 2020 marquera une interruption forcée des concerts, d’abord pour trois mois au printemps, puis de à partir de la mi-octobre.

Captain Simard en profite alors pour reprendre ses recherches sur les chants de lutte, qui avaient déjà donné lieu à une première conférence parlée (en anglais) et chantée (dans diverses langues) au Antiuniversity Now ! Festival de Londres en juin 2016.

Festival Antiuniversity Now! Londres – juin 2016

Le confinement aidant, Captain Simard met de l’ordre dans ses enregistrements de chants glanés au cours de diverses manifestations et événements contestataires, et rédige un blog intitulé La Plaza de mi Pueblo dans lequel il livre le résultat de recherches permettant de replacer les chansons dans leur contexte historique, le tout assorti d’éléments d’analyses stylistiques.

A l’été 2020, il commence à interpréter ce répertoire en compagnie de l’accordéoniste Lucien, accolyte scénique de Gertrude de Montparnasse. Ils interprètent d’abord ce répertoire dans la rue, puis dans divers cafés et cabarets, profitant de leur brève réouverture à l’automne, en parallèle des concerts de Captain Simard.

La Plaza de mi Pueblo

Leur projet de donner à court terme une forme théâtrale et didactique à ce spectacle est néanmoins contrarié par le deuxième confinement et par la fermeture des lieux culturels.

Songes, odes et carnets.

En parallèle de ses projets musicaux, Captain Simard aime aller à la rencontre d’autre disciplines. Sa rencontre en 2014 avec l’artiste chorégraphique Camille Desmarest, sur le clip expérimental Ode, marque le début d’une longue collaboration visant à explorer les possibilités d’un art pluridisciplinaire, entre danse, musique, théâtre et poésie.

Captain Simard (au centre) et Camille Desmarest (à droite)
– Centre Culturel Pouya (Paris) – 19 juin 2015.

En novembre 2016, le duo intègre la Compagnie Au Fil de Soi, et entre en résidence au Théâtre Blanche de Castille à Poissy (78) pour achever la création de La Cafetière ou le Songe de Théophile – pièce tirée d’une nouvelle de Théophile Gautier, dont Captain SIMARD adapte et versifie le texte pour la scène et dont il interprète les chansons, en plus du personnage de Théophile. Après plusieurs représentations, la pièce sera présentée à la Sorbonne, dans le cadre du colloque international Écrits pour le mouvement, écrits en mouvements : formes, emplois et évolutions du livret de ballet, de la Renaissance à nos jours.

Souhaitant s’affranchir des schémas narratifs classiques, le duo élabore alors la pièce à gémoétrie variable Odes & Carnets : Mouvements Poétiques Croisés. Cette création mêlant théâtre, musique, danse et poésie est d’abord présentée en plein air, dans le cadre du dispositif Kiosques en Fête, puis en version plateau dans une formule courte courte en octobre 2017 au Théâtre du Duende (Ivry-sur-Seine), et enfin en version longue au Centre Mandapa, dans le cadre du festival Danse + les 17 et 18 mars 2018.

Une réécriture d’une partie de la pièce est entamée à l’automne 2019, pour être présentée au Théâtre Blanche de Castille en novembre 2020. En raison de la crise du COVID-19, un report d’un an des représentations est annoncé.